« Alain Milliat, ça vaut le jus | Accueil

05 mars 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Stéphane Méjanès

Chrisos,

N'hésitez pas à développer les points de désaccord, hein.

Pour le reste, ah ! la transparence, la revoilà, celle-là. C'est tentant, hein, de voir à travers les choses, de deviner ce qui se trame derrière le rideau. Cela vous a un petit côté trou de serrure assez excitant. Mais bon, je suis étonné que vous succombiez à ce vice, vous qui travaillez, si j'en crois l'un de vos commentaires sur le site Atabula (www.atabula.com), dans la finance...

Non, franchement, encore une fois, payer ou pas ne garantit en rien la qualité ou l'intégrité du propos. Ayez confiance en l'être humain.

Quant au "pourquoi ?", vaste question qui ne résoud rien non plus. On peut être informé par son réseau, par le bouche à oreille (le buzz comme on dit aujourd'hui), par la presse, par les relations presse. Ensuite, on fait le choix d'aller voir en fonction de la ligne éditoriale du support pour lequel on travaille. Et on décide enfin d'en rendre compte ou pas selon le même critère. Le lecteur sait parfaitement quel genre d'adresse il va trouver dans tel ou tel support, il ne faut pas le prendre pour un imbécile. Quel que soit le truchement, c'est l'honnêteté du résultat qui compte. Et là aussi, le lecteur n'est pas dupe.

Chrisos

même si je ne suis pas d'accord sur tout, je partage l'avis qu'il faut plus de transparence (qui paie? pourquoi avoir choisi cette adresse? pourquoi en parler?...)
et sur les liens entre journalistes/bloggeurs et autres chroniqueurs et les autres acteurs de cette petit communauté amusante, mais sous-performante.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Devenir Fan

http://www.wikio.fr

Coups de coeur

  • David Vann: Désolations

    David Vann: Désolations
    Alors, bien sûr, on attend le "twist". La page 113 de "Sukkwan Island". Le "spoiler" le plus dégueulasse pour celui qui le commet. Alors, il ne vient pas, en fait. Mais de cette tension avec laquelle David Vann joue sans doute, et de sa capacité à installer un climat (du Grand Nord), nait le plaisir. Avec des personnages antipathiques, des losers, des paumés et une figure de jeune femme ravageuse. Donc, on ne le lâche pas, comme on dit. Désolé.

  • Emmanuel Carrère: Limonov

    Emmanuel Carrère: Limonov
    Emmanuel Carrère n'a rencontré Edouard Limonov qu'une fois mais il sait tout de lui. Et il comprend tout de la Russie d'après la glasnost. De la vie de ce héros foutraque, ambigu et, au fond, peu fréquentable, il fait un nouveau roman russe. Avec de vrais morceaux de lui-même à l'intérieur, comme toujours. Intelligent et limpide.

  • David Foenkinos: La délicatesse

    David Foenkinos: La délicatesse
    Rarement titre a été si juste pour qualifier un texte. "L'esprit", "La séduction", "Le sourire", aurait également pu décrire ce portrait d'un anti-prince charmant encore plus irrésistible qu'un personnage de conte de fées. (***)

  • Delphine de Vigan: Les heures souterraines

    Delphine de Vigan: Les heures souterraines
    Une écriture moderne pour une fable moderne dont la morale reste en suspens. Sombre, cruel, désespéré et terriblement ancré dans notre monde sans pitié au coeur duquel l'amour et le travail sont sens dessus dessous. (***)

  • Yannick Haenel: Jan Karski

    Yannick Haenel: Jan Karski
    Un projet littéraire d'une ambition et d'une modestie folles. Le regard d'un écrivain sur le regard d'un témoin pour dire l'indicible et rappeler que la barbarie nazie n'était pas qu'un crime contre l'humanité mais "un crime par l'humanité". (****)

Communauté

Blog powered by Typepad